JUKOLA 2016

LAPPE- JUKOLA 2016

Le plus grand relais de course d’orientation du monde en Finlande :17 558 coureurs et 3104 équipes!

Un relais femmes par équipe de 4 et un relais homme par équipe de 7.

Avec le club d’Annecy, nous avions une équipe homme, avec dans l’ordre du relais : Edouardo, Pierrick, Baptiste, Dominique, Pierre, Bruno et Yvan.

2016-06-17 10.47.47

Toutes les infos sur le site officiel www.jukola.com/2016/

Départ de la course https://youtu.be/HldTje4Ousk et https://youtu.be/qis16Dl-6JU

2016-06-17 15.47.48

Départ jeudi de Genève et arrivée à Helsinki. On loue une voiture à l’arrivée et direction notre location pour jeudi  et vendredi. Un chalet à 2h30 de route d’Helsinki direction la Russie. Finlande oblige, on finit sur les fameuses pistes en terre digne du rallye des milles lacs. Un chalet au bord d’un lac dans la forêt et avec les moustiques.

2016-06-17 08.42.17

vendredi matin, on se rend au centre de course , on enregistre notre équipe et on visite avant la foule le site de course; on achète des cartes pour l’entrainement (7 euros la carte !). Un entrainement avant midi sur une carte, une pose sandwiches et un deuxième entrainement sur une autre carte. On prend des repères, on essaye de comprendre la cartographie, notamment les différents types de marais. Les marais les moins humides (trait bleu discontinu sur la carte) et les plus nombreux ne sont pas faciles à voir sur le terrain; les limites ne sont pas nettes et on sent juste que le sol est plus mou..vigilance ! Un vrai plaisir de s’orienter sur les sommets avec une forêt peu dense et des affleurements de granite (?) recouverts de mousse (lichen ?). Un seul problème dès que l’on s’arrête, les moustiques arrivent en masse.

2016-06-17 08.43.05

On rentre au chalet et baignade dans le lac (eau à 19°). repas et un petit jeu de société (time up ?). Un bon moment avec les copains.

2016-06-17 15.53.05

Samedi: le matin , entrainement sur une carte proche du chalet . Une belle carte. J’ai fait 35 – 36 – 37 – 41 – 42 – 43 – 44 – 45 – 42 – 39 – 38 -37 – 36 – 35 avec un beau poste à poste 37 à 41 (une faute) et 42 à 39 (sans fautes).

entrainementJukola2016

On rentre manger un plat de pâtes au chalet, sieste et on quitte définitivement notre nid pour LA COURSE. On arrive sur le lieu de course et les premières équipes filles sont arrivées (17h). Temps exécrable : vent et pluie forte. On gare la voiture à 2 km du lieu de notre camping lui même à 2 km du centre de course. On marche avec nos bagages sous la pluie, on monte les tentes sous la pluie, on marche sous la pluie et on arrive au centre de course un peu refroidi ! Le Finlandais est équipé : botte , ciré Coten comme les Bretons, les enfants jouent dans les flaques … Au bout d’un moment (nous sommes mal équipés et on prend froid), on décide de rentrer à la voiture. Seul Bruno dormira dans la tente.

2016-06-17 10.41.21

23 h : le départ! Edouardo notre premier relayeur part avec la frontale.

Chaque relayeur quitte la voiture en fonction de son horaire (prévision) et il est difficile de vraiment dormir, je m’allonge sur une des banquettes arrière et dors en discontinu.

Les relayeurs 2 et 3 courent de nuit avec la frontale.

2016-06-18 19.11.44

dimanche

7h : les premières équipes arrivent (victoire d’un club Finlandais) et nous, nous avons encore 2 relayeurs qui ne sont pas partis…toute la différence avec le haut niveau !

9h : départ en masse pour moi …

11h45: j’arrive après 2h45 de course, marche 1km et saute dans la voiture sale comme un cochon (pas le temps de prendre une douche), mange un peu et direction l’aéroport, notre avion décolle à 16h10 d’Helsinki, il y a encore 2h30 de route, il faut rendre le véhicule, faire le plein d’essence, enregistrer les 2 bagages en soute.. Je prend l’avion en collant avec des sacs plastiques dans les chaussures (elle sont mouillées de la veille). 19h30 à la maison en Haute Savoie.

Le départ est donné à 23h le samedi et les premières équipe arrivent le dimanche matin vers 7h.

Je pars à 9h (départ en masse pour la majorité des équipes). Crachin Breton au départ et une masse de plus de mille coureurs s’élance dans la boue. Mes lunettes sont vite marron et il est difficile de courir tant il y a de monde. Le premier poste est loin et on entre assez vite dans une zone dense. Je contrôle ma direction à la boussole et tout droit en essayant de ne pas tomber.

2016-06-17 10.42.50

ma course: 7e relais de 16.5 km (le plus long)

temps des élites: 1h30 et bibi 2h45 (x1.8 le temps du premier)

Le parcours sur la carte n’est pas le mien! Un exemple (j’avais une autre variation du relais 7)

jukolarelais7

poste 1: je repère la rupture de pente et arrive dans la zone des postes. je tombe sur le poste 93 (le miens est le 94) et modifie la trajectoire.

1 à 2: : pas de problèmes, je traverse le marais, longe la zone profonde et monte sur le relief en restant à droite. Il y a 4 postes dans la zone et ça courre dans tous les sens avec des traces partout. Rester concentré, je tombe tout de suite sur mon poste.

2 à 3: tout droit à la boussole, facile

3 à 4: je contourne par la limite de végétation (vert à ma gauche), sommet, jaune et tout droit. tout va bien,bonne allure.

4 à 5 : premier choix d’itinéraire. Je vais au chemin , passe au premier poste boisson (à ce niveau, les pro vont tout droit) et continue par le chemin, passe au deuxième poste boisson et avant la fin du chemin, pars sur une petite trace ,longe le marais par la gauche en contrôlant avec le petit sommet et les rochers et tombe sur le poste.

5 à 6: un coup de boussole en sortie de poste et direction le lac. Petite erreur en attaque du poste, je tombe sur le sommet à l’ouest, me recale vite et OK.

6 à 7: tout droit,longe le relief par le sud,coupe le sentier et passe sur la zone grise, tombe sur le poste.

7 à 8: tout droit. passe sous la falaise, contourne le sommet avant le poste par le marais avec les falaises sur ma gauche et tombe sur le poste.

8 à 9: tout droit, marais, rocher, monter, OK

9 à 10: choix d’itinéraire.

En lisant la carte je vois 2 choix. L’un par le chemin déjà pris à l’aller, couper au poste boisson pour rejoindre un autre chemin (par la gauche du trait) choix de l’équipe Malung ou plus direct et se caler sur le chemin à droite du trait. Je sors du poste direction l’extrémité du chemin avec la zone jaune (Kalevan Rasti c’est à dire Thierrey Georgiou, même sortie du poste). Puis pour rejoindre le chemin, je passe par les reliefs . Erreur tactique, les pros évitent le relief (du dénivelé en plus) et passent dans les marais en contournant. Je tombe sur le chemin juste avant une intersection, me cale et quitte le chemin pour m’appuyer sur les falaises (idem KR),me dirige vers le marais que je contourne à vue et tombe sur le poste.

10 à 11: tout droit. passe au sommet avant le poste et descend au poste. OK

11 à 12: rejoindre le chemin au plus vite, passe au poste boisson et continue sur le chemin jusqu’au point le plus haut pour le quitter direction les falaises que je longe par le haut pour trouver un passage pour descendre au chemin. passe au sud de la zone hachurée et monte au sommet et tombe sur le poste 76 (erreur) corrige mon erreur et vais rapidement au poste.

12 à 13: tout droit par les buttes. OK

13 à 14: marais , zone grise, poste, OK

14 à 15: (même choix que KR). Je rejoins le chemin au niveau de l’intersection avec la petite trace. je prend la trace dans le vert hachuré le long du ruisseau, me cale sur falaise à gauche et me dirige vers le petit relief. OK

15 à 16: tout droit en passant par la passerelle. encore une zone ou il faut batailler, sauter par dessus les nombreux ruisseaux, sol mou et encombré…OK

16 à 17: je rejoins le chemin et coupe dans la zone jaune passe au poste 165 et vais à mon poste (mieux, il fallait continuer sur le chemin )

17 à 18: tout droit, aller au sommet

18 à 19: poste spectacle, on passe par l’Arena et on monte sur la passerelle. Jusque là, très bonne course. Malheureusement il y avait encore une boucle et là avec la fatigue, je vais enchaîner les erreurs et perdre beaucoup de temps. Je me suis fais plaisir en courant à bonne allure sans grosses fautes et en maîtrisant mon orientation.

Championnat du monde de course d’orientation (WOC ) en FINLANDE été 2013

Une semaine en Finlande pour participer aux courses populaires organisées en parallèle des championnats du monde (course à étape)

1er jour:
Arrivée à Helsinki par avion, puis location de voiture et 6 à 7h de route pour monter plein nord à Vuokkati.
Après plus de 6h de voiture, j’ai juste le temps de passer par le centre de course avant de rejoindre le lieu de la première course. Je suis en retard, mais j’arrive pile à l’heure au départ. Je constate que je n’ai pas le bon système électronique (j’ai Sporident et en Finlande on utilise Emit !).
Première course sur un terrain type dune en aquitaine, des micro reliefs et un terrain très rapide (pas de branches au sol). Il faut donc s’orienter à vitesse élevée ! Quelques erreurs liées à la cartographie un peu différente de chez nous. Il faut un certain temps pour se familiariser avec la spécificité des terrains et la cartographie.

après la course direction ma chambre dans une résidence pour étudiant. J’ai un étage pour moi tout seul, soit 4 chambres de deux places avec une cuisine , une salle de bain et un espace collectif (salon ). A l’étage du dessous l’équipe des USA .
Une fois installé, direction le Vuokatti sport center au bord du lac. Les athlètes de tous les pays mangent au centre et dorment dans des résidences à proximité.Des repas pour sportifs avec une formule buffet: un vrai bonheur. Les repas sont un lieu de défilé , chaque nation vient mangé avec la tenue de son pays: des couleurs, des logos et le nom du pays. Ambiance conviviale propices aux échanges.
Je prends le temps de flâner au centre de course: résultat des compétitions, journaux avec la couverture de l’événement par la presse locale, magazine en anglais spécial championnat du monde avec les cartes de la veille et les analyses, visite des stands de matériel…

Baignade devant le centre sportif

2e jour:
Le matin je viens déjeuner au centre. Je mange comme jamais ! Une assiette avec fromage, charcuterie et pains, un bol de lait avec corn flakes, un déjeuner classique avec café et tartine de confiture. Une bonne demi-heure pour avaler ces trois assiettes! Je ne parle pas des fruits rouges,des gâteaux…
Pas de courses aujourd’hui,j’en profite pour une journée de visite.
Direction OULU au bord de la mer.
De longues lignes droites, peu, très peu de voitures. On roule à 110 km. Les Finlandais conduise bien, ils respectent les vitesses et ne collent pas la voiture devant eux.
Des lignes droites asphaltées bordées de forêts et de lacs. De chaque coté des chemin en terre pour l’accès aux propriétés privés que l’on ne voit pas. Seule une boite au lettres bien décorée en bordure de route signale une présence dans les bois.
Oulu. Je visite le marché couvert. J’achète de l’élan fumé (plus cher que la viande des Grisons), manipule des conserves d’ours (?) et n’ose pas en acheter. Bien sur un peu de saumon fumé.
J’achète un beau couteau traditionnel (corne d’élan,bois et cuir pour le manche) pour un ami et note que les fruits sont moins cher que chez nous (4 à 6 euro le kilo de baie type myrtille ou de fraise).
Après cette pose marché et centre ville, j’ai envie de voir la mer. Je regarde la carte et me dirige vers la mer pensant comme chez nous voir les panneaux “plage”.  je ne sais pas comment on écrit plage en Finlandais, mais j’ai confiance. Après plusieurs essais infructueux je trouve enfin une sorte de piste qui mène à la mer. Rien ne ressemble à une plage telle que je la conçois ! Je mets les pieds dans l’eau : la couleur est étrange et visiblement il faut aller loin pour ne pas avoir pied. Je demande des renseignements et par chance je tombe sur un Finlandais qui connaissait la France. Il m’indique un endroit sympa pour me baigner sur une île ! Je prend ma voiture arrive avec difficultés à l’embarcadère et prend un ferry qui est gratuit ( agréable) pour l’île d’Hailuoto (au large d’OULU). Je traverse l’île et arrive à Marjaniemi. Je prend un bain au niveau du 65e parallèle. Mon bain le plus au nord. J’admire la végétation: une sorte de mousse/lichen blanche qui recouvre le sol et illumine la forêt. La lumière est magnifique.

3e jour:
entrainement le matin sur un terrain très difficile.J’ai du mal à m’orienter, j’ai chaud et ma première piqure de moustique sonne la fin de cet entrainement.
L’après midi, je regarde la finale de la moyenne distance au centre de course. Le Français Thierry Georgiou finira deuxième.
4e jour: étape n°2
Même terrain que pour l’étape n°1. Je fais une bonne course.
5e jour: 3e étape
La plus belle carte et le plus beau terrain de la semaine. terrain qui a servi la veille aux élites pour la qualification de la moyenne distance (voir ci-dessous l’article trickly terrain).
Lors de la prise de carte, je vois toute la difficulté du poste à poste 1 à 2 ! Un beaux choix d’itinéraire. Je décide de passer par la droite. au bout de 20′ je passe devant mon poste (je vois des gens poinçonner) mais je ne m’arrête pas. Sûr de moi je continue, je ne comprends plus bien la végétation et je m’enfonce dans mon erreur. Bilan ma plus grosse erreur de la semaine (20′ !). J’ai confondu deux zones de coupe (une zone verte à l’ouest du poste et la zone jaune juste avant ). Erreur due aussi au fait que j’étais dans le rouge (fréquence cardiaque proche du maxi). Une végétation et une cartographie particulière qui nécessite un peu d’entrainement spécifique).
On sort du poste 2 pour entrer dans la zone technique, où je fais un sans faute ! D’où des regrets après la course. Malgré cette grosse erreur , je me suis fait plaisir sur un terrain exigeant physiquement, technique et très varié au niveau de la végétation (la plus belle course que j’ai faite cette année, même si je n’ai pas été très bon).

6e jour: repos
Visite du parc national de Hiidenportti le matin. Après avoir quitté la route asphalté, une longue piste en terre. Je ne joue pas les Vattanen et ménage mon véhicule de location. J’arrive à l’entrée du parc et là un petit parking vide ! Pas d’accueil, pas de carte postale, pas de bruit, pas de plan. Heureusement que j’avais pris un dépliant à Vuokkati avec une carte sommaire. Balade dans le parc et deuxième piqûre de moustique.

L’après midi, direction le centre de course pour voir la finale de la moyenne distance à la télé Finlandaise. J’assiste à la démonstration de la Suissesse Simone Niggli (3 courses individuelles, 3 médaille d’or). L’athlète la plus titrée homme femme confondue depuis la création de la course d’orientation. Elle mettra un terme à sa carrière en fin d’année 2013.
Côté homme, on attend le français Thierry Georgiou, le favori après sa victoire en longue distance.Il finira deuxième derrière un Russe.
Le terrain était moins difficile que pour la qualification et demain on courre sur la même zone.
7e jour: 4e étape
Une longue marche pour se rendre au départ : le sommet de la station de ski de Vuokatti: je profite de la vue. Je fais une belle course avec peu d’erreur, mais le physique ne suit pas.
Après la course, je plie mes bagages et je roule vers Helsinki et m’arrête manger le soir à Porvoo (Borga), petite ville proche de la mer.
8e jour
Je visite Helsinki le matin. Promenade en bateau : la côte et les îles autour de Helsinki.
Aéroport. Fin du voyage.